Philippe Fellerath
Plaidoyer pour une conception républicaine et humaniste de l'enseignement

Ils ont dit à propos de l'ouvrage :

" Votre approche pédagogique me parait tout à fait pertinente et aller résolument dans la bonne direction. Il est en effet du ressort de l'école non seulement de transmettre des savoirs mais d'inculquer aux élèves un sens du vivre-ensemble à même de favoriser leur participation future à la vie de la Cité. Or, les méthodes et les contenus de l'Éducation nationale ne lui permettent pas de remplir cette mission de manière satisfaisante. Permettez-moi en conséquence de vous féliciter pour ce travail théorique que vous avez développé à partir de votre pratique professionnelle. C'est, je le pense, de la confrontation entre pratique et théorie que naissent souvent les idées les plus intéressantes et c'est pourquoi je trouve votre démarche particulièrement féconde et riche de potentialités pour améliorer notre école".

Vincent PEILLON, Ministre de l’Éducation Nationale

“ J’ai lu votre livre avec beaucoup d’intérêt. Votre réflexion approfondie est stimulante. Elle offre aux parents d’élèves, professeurs, des pistes ingénieuses et pertinentes permettant l’épanouissement des enfants. Utile dans l’action que je poursuis, votre contribution servira à nourrir ma propre réflexion”.

Luc CHATEL, ancien Ministre de l’Éducation Nationale

" Je vous remercie vivement de m'avoir adressé l'ouvrage que vous avez publié en 2008 et dont l'actualité demeure. Nous avons grand besoin de cette alliance d'expérience réussie et de réflexion dont vous donnez un si bel exemple".

Bruno RACINE, Président du Haut Conseil de l’Éducation. Président de la Bibliothèque nationale de France

" J'ai lu avec beaucoup d'attention ce livre qui m'est apparu des plus stimulants : un texte convaincant, engagé même, ce qui est loin d'être un défaut, contenant de nombreuses idées vivifiantes sur le plan de l'intervention auprès des élèves et profondément marqué par un souci éthique. [...] Je ne peux qu'applaudir à votre initiative et vous féliciter pour cette réflexion qui relève du témoignage d'un enseignant conscient de la nécessité de tenir compte dans sa pratique des transformations sociales qui chamboulent des conceptions et des usages dans le champ de l'éducation".

Yves LENOIR, Docteur en sociologie, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l'intervention éducative (CRCIE) ; Président de l'Association mondiale des sciences de l'éducation (AMSE) ; membre du comité de direction scientifique de l'Institut de recherche sur les pratiques éducatives (IRPE) ; Faculté d'éducation, Université de Sherbrooke, Québec

“ Je viens d’achever la lecture de votre ouvrage. Intéressant. Un beau travail”.

Alain Bouvier, recteur. Président d'honneur de l'AFAE. Rédacteur en chef de la Revue internationale d'éducation Directeur de la collection Profession cadre.

“Je vous remercie encore pour cet ouvrage de qualité sur l’école, et pour la contribution qu’il représente à l’amélioration des conditions de son action éducative.”

Nathalie Bulle, Directrice de recherche au CNRS, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (Gemass). Membre du Conseil Scientifique de l'Enseignement Scolaire (DGESCO). Membre du Haut Conseil de l'Éducation.

" J'ai lu votre livre et je le trouve très bien. Bravo. Il y a en effet une "sensibilité proche"..."

Michela MARZANO, philosophe, Professeure à l'Université Paris Descartes, auteure, entre autres, de l'ouvrage "Le contrat de défiance".

"[...] Il est indispensable que praticiens et analystes échangent leurs observations et leurs conclusions.

D’une part, votre livre sera du plus grand intérêt pour les jeunes enseignants et d’autre part, ce livre pourrait servir de médiateur entre les praticiens et ceux qui sont convaincus de la nécessité de réviser nos conceptions pédagogiques".

Alain TOURAINE Sociologue

" C'est un texte très beau et stimulant. Je partage la plupart de vos analyses...

Il faudrait vraiment que ce texte soit lu et médité par nos décideurs et nos professeurs ! Il y a beaucoup de choses dont ils pourraient s'inspirer ! "

Philippe MEIRIEU Professeur des universités en sciences de l'éducation

" J'ai lu avec beaucoup d'intérêt et plaisir votre imposant travail. Vous visez juste et votre description d'une école ayant du sens et permettant l'épanouissement des enfants est très pertinente. Quand vous écrivez : "Pour apprendre l'anglais à John, il faut connaître l'anglais et connaître John", je suis sur la même longueur d'onde que vous. Apprendre à se connaître est le préalable d'apprendre à apprendre. La connaissance de soi, la relation de sens et de communication qui lie les partenaires de la communauté éducative devrait être une matière principale de l'école".

Alain SOTTO Pédopsychiatre

 " J'ai lu votre livre avec beaucoup d'intérêt. Votre réflexion est stimulante. Je vous félicite pour ce travail approfondi, qui apporte une contribution utile au débat pédagogique".

Christian NIQUE Recteur de l'Académie de Nice

 

" [...] Plusieurs fils rouges traversent cet ouvrage. Nous en avons évoqué certains. Achevons par ce dernier : l'auteur cherche à se présenter constamment comme un acteur souhaitant mettre de la conscience dans ses actes au double sens du terme : faire "en conscience" et "prendre conscience" de son faire. Pari tenu, à notre avis, au prix parfois de quelques simplifications bien compréhensibles. Ce travail ouvrira des pistes. Il s'inscrit selon moi dans l'émergence d'un renouvellement d'une réflexion pédagogique fortement articulée à celle qui porte sur les valeurs humanistes, tout en restant ancré dans les pratiques, les questions éducatives et politiques les plus générales. [...] Effectivement, cet ouvrage sort de l'ordinaire ! En revendiquant une posture éducative républicaine (le politique rejoint et soutient en permanence l'éducatif et réciproquement), l'auteur dépasse les clivages habituels par un dialogue entre sa pratique et diverses sources, pour retrouver au fond ce qui rassemble celles et ceux qui se reconnaissent dans les fondements et les valeurs de l'école de la République. Voilà un double message de confiance et d'espoir, deux vertus que chacun pressent indispensables aujourd'hui".

Raymond DHELLEMMES IA-IPR EPS honoraire

« Bonjour ami,

Je tiens à vous féliciter très sincèrement.. Je constate que nos analyses sont tellement similaires et n'ont pas évolué depuis 40 ans que je me prends à imaginer l'excellent travail que nous aurions pu faire avec des professeurs principaux comme vous dans le CES où j'ai exercé avant 1970... Il y a eu beaucoup de saccage, mais grâce à une réflexion pédagogique comme la vôtre, j'espère que notre système scolaire va enfin sortir de l'ornière. En fait, nos approches se complètent à 40 ans de distance, la mienne plus institutionnelle, la vôtre plus pédagogique. [...] Je retrouve avec plaisir dans votre chapitre II tout ce qui a étayé le projet de ''l' École Fondamentale''. L'important est, comme en 1971, de pouvoir vaincre les blocages et résistances qui sont identiques. Vous êtes l'avenir. Et c'est bigrement réconfortant.

Bon courage, amitié. »

Guy Georges, ancien Président de « Solidarité Laïque » et principal concepteur de      « L' École Fondamentale ». Également auteur de nombreux ouvrages sur le thème  de l' Éducation, dont le dernier paru : « I majuscule comme instituteur », (Broché), éditions Bruno Leprince, paru le 01/10/2011.

" [...] Votre livre  m'a paru très riche en suggestions utiles pour les enseignants. Si je devais encore enseigner, je pense que je m'en servirais beaucoup. J'essayais, moi aussi, de donner des indications précises de méthode à mes élèves, notamment pour leur travail à la maison, mais j'étais moins méthodique et rigoureux que vous. J'aurais eu beaucoup à apprendre".

Olivier MAUREL, agrégé de lettres et écrivain a publié (entre autres) "Oui, la nature humaine est bonne ! ". Site de l'auteur : http://monsite.wanadoo.fr/oliviermaurel

Présentation de l'auteur

1963 : Venu au monde le 12 septembre 1963 à Mulhouse (Haut-Rhin), dernier-né d'une famille de trois enfants, d'un père ingénieur en chimie et d'une mère institutrice (subtile alchimie !) j'ai baigné, dès mon plus jeune âge, dans une éducation imprégnée des valeurs républicaines. Rigueur, respect et tolérance mais également ouverture au sensible, développement de l'esprit de curiosité étaient les principes fondamentaux que nous ont transmis nos parents. J'ai passé une scolarité somme toute « normale », sans heurts, ni éclats, avec cependant une prédisposition, dès mon plus jeune âge, aux disciplines littéraires et aux activités sportives. C'est donc tout naturellement, qu'encouragés  par mes parents et mon Professeur d'Education Physique Charles Buttner, je quittai le cocon familial à l'âge de quinze ans pour poursuivre une section Sport-Etudes (spécialité hand-ball) en seconde littéraire au prestigieux lycée Kléber de Strasbourg. Le baccalauréat en poche, je rejoignis l'Université des Lettres de Mulhouse en 1980 afin de préparer un Deug d'anglais. Mais, la pratique physique me rattrapant, je décidai l'année suivante de tenter le concours d'entrée à l'UFR STAPS (Unité de Formation et de recherches en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) de Strasbourg préparant au professorat d'Education Physique et Sportive. J'obtins le CAPEPS en 1987 après avoir découvert les joies de la vie d'appelé du contingent.

1989 : Premier poste : la Cité Technique Edmond Labbé, Douai (59) comprenant un Lycée Général et Technologique, un Lycée d'enseignement Professionnel (spécialité tertiaire), un LP Hôtellerie, un LP industriel : 3500 élèves. L'usine ! J'y ai fait mes premières armes en étant affecté prioritairement dans les filières professionnelles (CAP, BEP...). J'y ai cependant passé dix années passionnantes découvrant des collègues et une région à l'indéniable chaleur humaine. Mais le climat, plus océanique dirons-nous, a fini par avoir raison de ce merveilleux sens de l'hospitalité ainsi que de mes articulations fortement sollicitées par dix années d'évolution en championnat national de hand-ball. Cette expérience a également révélé les prémices d'un premier questionnement sur mon enseignement. Les difficultés sociales des élèves, nécessitant une perpétuelle remise en cause de mon enseignement et de mon... efficacité réelle, ainsi que l'apport professionnel de deux personnes chères, Raymond Dhellemmes et Thierry Tribalat, (Inspecteur Pédagogique Régional EPS), ont grandement contribué à cette première prise de conscience. C'est donc la valise remplie de bonheur que je rejoignis la rive méditerranéenne en 1999, accompagné de ma petite famille que j'avais fondée sous ces cieux propices.

1999 : Deuxième poste : collège La Garrigole, Perpignan (66). Le soleil et les collègues sympas étaient certes au rendez-vous mais pas les installations sportives ! J'y découvrais néanmoins le plaisir des activités nautiques en encadrant l'activité voile dans le cadre de l'association sportive.

2002 : Troisième poste : collège Paul Langevin Elne (66) à cheval sur deux établissements. N'étant pas féru de pratique hippique, malgré l'étymologie de mon prénom qui devait pourtant m'y prédestiner, je puis dire que la situation était particulièrement désagréable. Mais cela n'a duré qu'une année et j'y ai également découvert des installations de rêve ainsi que des équipes pédagogiques extrêmement dynamiques. Le paradis quoi ! J'y ai donc posé mes valises depuis lors.

Vingt ans d'expériences (enseignant à tous les niveaux du secondaire, collège, lycée, lycée professionnel) et de contacts professionnels fructueux, ainsi qu'un perpétuel travail de développement personnel, notamment au travers de lectures diversifiées (vestiges d'une formation littéraire que j'ai su conserver) m'ont alors amenés à transcrire ma pensée dans l'ouvrage « Plaidoyer pour une conception républicaine et humaniste de l'enseignement ». C'est ainsi, sans doute, que j'ai passé ma petite « crise de la quarantaine » à laquelle nul homme n'échappe, paraît-il !

Mes passions (outre ma famille évidemment) :

  • mon métier,
  • la lecture (philosophie, sociologie, économie, politique...),
  • la plongée sous-marine : détenteur niveau 2 FFESSM (Fédération française d'Etudes et de Sports Sous-Marins),
  • la cuisine : mes spécialités : la choucroute, la potée boulangère « Baeckeoffe », tourte de munster, tartes. Je crois qu'au niveau culinaire, je n'ai pas encore coupé le cordon avec l'Alsace.
  • la formation de jeunes enseignants pour leur donner le plaisir d'enseigner.

Mes défauts :

A vous de me le dire !

Présentation du livre

Réflexion d'un praticien sur l'enseignement. A travers de multiples regards croisés (sociologues, philosophes, économistes, hommes politiques), l'auteur tente une approche humaniste de l'enseignement mettant l'élève au centre de sa pensée. Un état des lieux ainsi dressé qui n'empêche nullement des propositions de mises en oeuvre pédagogiques concrètes et transversales favorisant la réussite scolaire et l'épanouissement des élèves. Une philosophie pragmatique de l'enseignement que revendique pleinement l'auteur.

Aperçu du livre

<a href="http://www.psynergie.com" target="_blank"><img border="0" src="http://www.psynergie.com/logo-psynergie.jpg" alt="PSYnergie, Annuaire de Psychologie" width="168" height="34"></a>